La CTSP veut attirer l’attention sur la précarisation chez les ouvrières

Pour la Journée mondiale de la femme, la confédération syndicale a choisi de donner la parole aux salariées pour qu’elles racontent leur vécu. Selon Reeaz Chuttoo, secrétaire général de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), ce sont les femmes qui obtiennent les plus bas salaires dans le pays. Ce qui aggrave leur précarité, affirme le syndicaliste. Jane Ragoo, présidente du syndicat, explique également que malgré les bas salaires, les ouvrières font l’objet de pression constante pour atteindre leurs objectifs de production.

Si la Journée mondiale de la femme est célébrée le 8 mars, c’est deux jours plus tard, au quartier général de Rose-Hill, que la CTSP réunira des ouvrières. Le 28 avril, la confédération organisera une nouvelle manifestation, cette fois-ci pour dénoncer le niveau de stress au travail.