LA CTSP RÉCLAME UNE COMMISSION D’ENQUÊTE SUR AIR MAURITIUS

La Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) réclame une commission d’enquête sur Air Mauritius à cause des conditions de travail des employés d’Airmate.

Les membres de la CTSP et des employés d’Airmate ont manifesté jeudi après-midi 12 novembre devant le bâtiment d’Air Mauritius à Port-Louis.

Pour ces employés et leur représentant syndical, le gouvernement est à blâmer pour le mauvais traitement des employés d’Airmate.

Les employés d’Airmate estiment que leurs droits ont été lésés. Ils ont été soutenus par des employés d’autres compagnies.

« Le gouvernement agit de façon incorrecte. On se demande ce qui peut nous arriver. Nous nous sentons concernés. Les patrons font tout pour exploiter les travailleurs », affirment des employés des autres entreprises.

Reaz Chuttoo, porte-parole de la CTSP, explique que plusieurs employés d’Airmate ont été licenciés injustement et ceux qui sont restés sont surexploités :

« Les employés d’Airmate sont victimes d’une malhonnêteté. Il y a une suppression d’emplois. Ceux qui sont restés ont été exploités. »

La CTSP réclame une commission d’enquête. « Nous sommes tous au courant de la mauvaise gestion chez Air Mauritius. Le scandale hedging revient année après année. Ceux qui prennent les décisions ne sont pas [compétents]. À quand une commission d’enquête ? C’est le gouvernement qui devra répondre du sort des employés d’Airmate ! » martèle Reaz Chuttoo.

« Nous n’allons pas nous attarder sur les compétences du Chief Executive Officer. C’est au gouvernement de répondre. La CTSP n’est redevable envers aucun régime. Nous allons faire campagne contre le gouvernement si besoin est. Cela ne veut pas dire qu’on soutient l’opposition. Le peuple devra descendre dans la rue », ajoute Reaz Chuttoo.

Les employés et la CTSP prévoient une manifestation nationale.