Femmes «cleaners» touchant Rs 1 500: un délai d’une semaine accordé au gouvernement

DSC_0016

«On ne peut pas laisser une telle misère perdurer.»

 Déclaration de Jane Ragoo lors d’une manifestation de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), ce mardi 22 août, devant la MITD House, à Phoenix. Près de 600 femmes «cleaners» qui travaillent dans des écoles primaires et secondaires du gouvernement touchent Rs 1 500 comme salaire.

 

Le syndicat déplore le fait que leurs doléances n’ont pas été prises en considération. Les correspondances envoyées aux ministres du Travail, de l’Éducation ou encore des Finances, sont restées lettre morte. Jusqu’à quand cette situation va-t-elle durer, se demande Jane Ragoo. Elle affirme que si aucune solution n’est trouvée jusqu’au lundi 28 août, une dizaine de femmes «cleaners» entameront une grève de la faim au jardin de la Compagnie.

Pour le syndicaliste Reaz Chuttoo, le gouvernement aurait dû prendre position sur ce dossier. Il lance un appel au conseil des religions afin de faire parvenir les doléances de ce groupe de «cleaners» au Premier ministre.

Credit / Article : L'Express.mu 

On ne peut pas laisser une telle misère perdurer.»

 Déclaration de Jane Ragoo lors d’une manifestation de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), ce mardi 22 août, devant la MITD House, à Phoenix. Près de 600 femmes «cleaners» qui travaillent dans des écoles primaires et secondaires du gouvernement touchent Rs 1 500 comme salaire.

 

Le syndicat déplore le fait que leurs doléances n’ont pas été prises en considération. Les correspondances envoyées aux ministres du Travail, de l’Éducation ou encore des Finances, sont restées lettre morte. Jusqu’à quand cette situation va-t-elle durer, se demande Jane Ragoo. Elle affirme que si aucune solution n’est trouvée jusqu’au lundi 28 août, une dizaine de femmes «cleaners» entameront une grève de la faim au jardin de la Compagnie.

Pour le syndicaliste Reaz Chuttoo, le gouvernement aurait dû prendre position sur ce dossier. Il lance un appel au conseil des religions afin de faire parvenir les doléances de ce groupe de «cleaners» au Premier ministre.