EMPLOI : La CMWEU s’interroge sur la place des Mauriciens dans la construction

La Construction, Metal, Wooden and Related Industries Employees Union (CMWEU), syndicat des employés du secteur de la construction affilié à la Confédération des Travailleurs du Secteur privé (CTSP), se pose des questions sur l’emploi de travailleurs mauriciens dans les grands projets annoncés par le gouvernement tels que la construction de “smart cities” et l’agrandissement et la modernisation du port. « Depi katran, sekter konstriksyon an dekrwasans e plis ki 5 000 travayer finn perdi travay », déclare René Lafond, vice-président de la CMWEU, qui dit y avoir relevé « une flagrante contradiction » alors que des Mauriciens perdent quotidiennement leur travail dans ce secteur. Selon lui, les chantiers contrôlés par des “contracteurs” chinois n’emploient que des expatriés chinois. Il cite notamment la construction d’un campus universitaire à Flic-en-Flac.

« Gouvernma pe anons ki pou ena 15 « smart cities » ki pou konstrwuir ek pou ena agrandisma ek modernizasyon lepor. Komye travayer morisien pou gagn travay dan sa bann proze-la ? », s’interroge le vice-président de la CMWEU. René Lafond dit avoir également observé que des emplois durables sont progressivement éliminés et que le travail précaire (voir encadré) devient graduellement la norme. « Nou finn konstate ki depi ki ena pert danplwa dan sekter konstriksyon, tou anplwa ki pe kree se bann anplwa preker kot travayer gagn selma bann kontra enn mwa ek bann travay danzere kouma travay ar lamiant, san ki zot konte », s’offusque le syndicaliste. « Ena sertin patron ki pe profite ki bann otorite, minister Travay notaman, pe ferm lizye akoz kriz dan sa sekter-la pou zot met travayer morisien avek pa mwins ki 10 zan servis deor brit-brit ! », s’indigne-t-il. Certains employeurs en profiteraient pour menacer ou faire du chantage en disant « si ou al met kess kon konpagni, pa revinn kot nou kan nouvo santye pou ouver », avance-t-il. Cela toucherait surtout les travailleurs sous contrat de travail à durée déterminée.
De même, poursuit René Lafond, les employés victimes d’accidents sur leur site de travail refuseraient de se plaindre au ministère du Travail de peur de perdre leur emploi. « Tan ki zot kapav vinn travay, zot res trankil pou ki zot saler pa koupe e ki kontra travay kontigne renouvle », soutient-il. « Dominer dan sekter konstriksyon pe ogmante ! ». Il cite à cet effet « l’élimination systématique » de la pause-thé du matin et l’obligation de compléter deux heures de travail supplémentaires (overtime) pour bénéficier de l’allocation repas (meal allowance), entre autres. « Nou denons osi bann otorite parski zot konplis ladan par zot inaksyon », ne décolère-t-il pas. René Lafond annonce une mobilisation des employés de ce secteur à travers le pays pour lutter contre cette « précarité grandissante » dans l’emploi. « Nou finn demann enn rankont ek minis Travay e nou pou egzize ki met enn kalandrye travay pou diskit bann amandma a lalwa pou ki ena bann sanksyon pli sever kont bann patron dominer », a-t-il affirmé.


Travail précaire = emploi incertain
On entend par “travail précaire” toutes formes de travail non-permanent, temporaire, occasionnel, incertain et aléatoire, une forte insécurité d’emploi, peu d’ancienneté professionnelle, de faibles salaires et d’importants risques d’accident et de maladie du travail. Les jeunes et les femmes, de façon disproportionnée, n’ont souvent accès qu’à ce type d’emploi incertain et imprévisible. Du point de vue du travailleur, le travail précaire est synonyme d’emploi incertain, imprévisible et risqué. Les travailleurs concernés ne jouissent pas pleinement — voire pas du tout — de la protection qu’offrent la législation du travail et la Sécurité sociale. Ils rencontrent des difficultés, légales et pratiques, à créer des organisations syndicales ou à y adhérer. Les travailleuses précaires sont souvent privées des dispositions relatives à la protection durant la grossesse et au congé maternité, ainsi que d’autres formes majeures de protection sociale.