APPEL À MANIFESTER AUJOURD'HUI À ROSE-HILL : CTSP, « Nou pa dakor ek demann patrons ! »

Exhortant les 555 000 travailleurs de Maurice à venir participer activement à une marche pacifique qu'elle organise aujourd'hui dans les rues de Rose-Hill à partir de 13 h 30, la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) affirme qu'avec le nombre grandissant de licenciements, la détérioration des relations industrielles et la violation des droits des travailleurs, ces derniers subissent « une attaque frontale » des employeurs.
« Bizin ki travayer desann lor sime pou ki gouvernma kompran ki nu pa dakor enn demann patrons », a martelé Jane Ragoo, la présidente de la CTSP, dans une déclaration au Mauricien pour expliquer la raison de cette manifestation de ce 6 février. Selon elle, 2015 a été « enn lanne byen mouvmante ». Et de lancer : « Après les élections de décembre 2014 et la victoire de L'Alliance Lepep, des familles entières s'attendaient à voir leur vie changer pour le meilleur. Mais malheureusement, un an après, nous sommes nombreux à être déçus ! »
« Depi enn an, pena semenn kot nou pa finn antann ki ena travayer perdi plas... Si so lizine ou so lantrepriz pa ferme, ou tann dir ki finn pass li divan enn komite discipliner ek finn mett li deor. San enn sou kompansasyon », se désole Jane Ragoo. « An plis, pe tann dir pou kree travay, travayer pe atann mem ziska ler ! Et si li arive gagn enn travay, ce enn travay preker, san lavenir ek san garanti ki li gagne pou li sirviv », ajoute-t-elle. « “To add insult to injury”, kuma angle dir, partou nou trouve ki relasyon indistriel pe degrade. Travayer per koze tansyon met li deor... alor li kontinie sibir en silans... Vinn dan nou biro, ou pou tann soufrans travayer ! », invite-t-elle.
La syndicaliste affirme qu'alors que les travailleurs se trouvent de plus en plus désemparés et sans défense devant cette situation, les employeurs se solidarisent et augmentent la pression de leur lobbying auprès du gouvernement qui, lui, « fait la sourde oreille » face aux demandes des syndicats. « Enn kot patrons montr so solidarite, li fer la Mauritius Employers Federation (MEF) et le Joint Economic Council (JEC) vinn enn sel, le Business Mauritius. Li vinn pli for ek li fer lobby ar gouverma... Lot kote, travayer kontinie viv dan laper pour revendik zot drwa », s'indigne Jane Ragoo, qui énumère la liste des demandes des employeurs au gouvernement (voir encadré).
« En depi nou mobilizasyon, nou komba pou amelior drwa travayer ankor lwin ou fini (voir encadré). System kapitalis ki kuma enn monstre, kan ou koup enn latet, enn lot pousse... Sekter prive finans campagn elektoral bann parti politik. Zot servi larzan pour inflians decisyon politik dan zot faver alor ki parti ki pran gouvernma ferm lizie lor demand bann travayer ki pourtan finn vot zot », s'offusque-t-elle. « Se pourkwa travayer bizin desann en gran nombr lor simin dan Rose-Hill zordi pou ki gouvernma konpran ki li bizin pran decisyon en faver travayer », termine-t-elle.

« Demann employeurs »
1. Introdiksyon « kontrakter travayer » (« Labour brokers »), un danger pour les accords collectifs selon la CTSP. Nepli pou ena negosiasyon ek lemployer direktema, se kontrakter ki fourni travayer. Travay permanan pou vinn travay preker;
2. Fer dimans vinn enn zur normal alor ki zordi bizin pey doub ou trip le dimans;
3. Permet ki travayer non syndike rant dan negociasyon ek syne bann lakor kolektif. Travayer ki pa syndike pou fer seki zot employer dir zot, sinon  perdi plas;
4. Elimine kriter « Last in First Out » kan met travayer deor. Pou kapava alor swazir met deor bann travayer ki revandik zot drwa;
5. Lye tou saler ki preskri par lalwa (dan Remuneration Regulations) avek « Capacity to pay » de lantrepriz. Ki necessite enn salaire minimum alor ?

« Demann bann travayer »
1. Introdiksyon enn « Portable Severance Allowance Fund ». Employer bizin kontribye enn zurne saler global ene travayer tou les mwa dan enn fond pou pay travayer so retret. Kan travayer sanz travay pou nimport ki rezon, so larzan retret swuiv li;
2. Amand lalwa travay (Employment Rights Act et Employent Relations Act) pour protez travayer;
3. Introdwuir enn « Regulation for Employment of Foreign Workers » pou protez travayer etranze ek empes zot explwatasyon;
4. Introdiksyon enn salaire minimum de Rs 8 500;
5. Introdwuir Remuneration Regulations pou sekter ICT, sekter administratif et SEN Schools (ki okip zanfan andikape).